Introduction

En juin 2005, le Comité de pilotage était installé suite à la

conclusion d’un accord de coopération sur l’alphabétisation

des adultes par huit Ministres représentant les trois entités

signataires : COCOF, Région wallonne et Communauté

française.

 

En septembre 2006, le premier état des lieux était déposé et

présenté à la Conférence interministérielle. Cet exercice a

permis au Comité de pilotage d’inventorier les organismes

de formation, d’identifier les différents secteurs impliqués

dans la lutte contre l’illettrisme et de relever des difficultés

d’ordre divers, notamment en matière de coordination,

d’opérationnalisation et de méthodologie.

 

La Conférence interministérielle de 2006 a souhaité que le

Comité de pilotage continue sa réflexion collective pour

atteindre un degré de fiabilité plus grand dans la collecte des

données concernant l’alphabétisation y compris l’alphabéti-

 

sation en français langue étrangère (Alpha-FLE). Elle lui a

confié la mission d’investiguer sur les possibilités d’assurer

une meilleure coordination des politiques, notamment sur

une base territoriale.

 

Le Comité de pilotage a poursuivi ses travaux sur ces bases,

notamment, l’Etat des lieux 2007.

 

Cette deuxième édition 2007 s’appuie sur l’acquis de la

première éditée en 2006, tout en tirant les fruits du travail

effectué par le Comité de pilotage au cours de la période

2006-2007.

 

Une autre approche de l’analyse des besoins est proposée :

elle se fonde sur les statistiques de la Communauté française

relatives à l’obtention du certificat d’études de base (CEB)

et sur les données de la dernière enquête socio-économique

générale permettant de mettre en évidence les parcours de

scolarisation et la situation sur le marché du travail des per-

sonnes qui n’ont pas le CEB en proposant une analyse géo-

graphique plus fine. Cette approche vient compléter celle

qui figurait dans le précédent état des lieux qui se référait

aux données de l’enquête sur les forces de travail de l’INS.

L’analyse des besoins reste encore une question qui ne peut

être abordée qu’indirectement, par le biais de données sans

aucun doute significatives mais pas directement liées aux

besoins en alphabétisation.

 

L’analyse de l’offre a été approfondie et restructurée. Les

formations d’apprenant-e-s sont présentées de manière dis-

tincte des autres actions liées à l’alphabétisation.

 

L’analyse de l’offre de formations d’apprenant-e-s est réali-

sée de manière minutieuse mais elle n’échappe certaine-

ment pas à certaines lacunes voire à quelques erreurs, tant le

paysage des organismes offrant des formations d’apprenant-

e-s est diversifié et complexe. Cette analyse est présentée sur

deux plans :

- D’abord le tableau des organismes présentant de

manière comparative par rapport à l’édition précédente,

les secteurs de reconnaissance, agrément ou subven-

tionnement, signalant si d’autres actions liées à l’alpha-

bétisation sont développées et si les organismes dévelop-

pent d’autres champs d’action que l’alphabétisation.

- Ensuite les résultats de l’enquête de Lire et Ecrire qui

dispose, pour les organismes y participant, de données

plus détaillées.

Suit encore un tableau présentant les autres activités d’al-

phabétisation (que l’offre de formation d’apprenant-e-s et

que l’offre de formation de formateur-trice-s), ce, en lien

avec les secteurs qui les soutiennent.

 

La question de la formation des formateur-trice-s et de

l’offre qui y correspond est à la fois un préalable et une

conséquence indissociables du développement de la quantité

et de la qualité de l’offre de formation d’apprenant-e-s. Un

tour d’horizon montrant la diversité des pistes ouvertes aux

formateur-trice-s et la nécessité de structurer une offre de

formation spécifique au secteur de l’alphabétisation est pro-

posé. Cette question met en évidence la complexité du

métier, renvoie aux conditions de subventionnement de

l’emploi et à l’importance du bénévolat dans le secteur de

l’alphabétisation.

 

La présentation des politiques publiques d’alphabétisation

constituait une des grandes parties de l’état des lieux précé-

dent. Dans cette deuxième édition, l’accent est mis sur

l’analyse comparative et évolutive des données qui sont pré-

sentées, de manière plus succincte, lorsqu’elles n’ont pas

subi de modification depuis 2006. Par contre, tous les

détails sur les modifications, suppressions et nouveautés

intervenant dans les dispositifs depuis l’édition 2006 sont

indiqués. Une connaissance complète et approfondie des

dispositifs liés aux politiques publiques implique une lecture

parallèle des deux éditions.

 

La relation des expériences de coordination territoriale à

Bruxelles et en Wallonie donne un aperçu de la teneur du fil

rouge qu’a déroulé le Comité de pilotage durant l’année

2006-2007. Ces deux expériences conduites par Lire et

Ecrire aux cours des deux dernières années ont servi de

point d’appui à la réflexion et à la proposition du Comité de

pilotage suite au questionnement de la Conférence intermi-

nistérielle sur la mise en œuvre d’une coordination territo-

riale efficace impliquant l’ensemble des partenaires poten-

tiels et effectifs et agissant en lien avec les missions du

Comité de pilotage.

 

Le Comité de pilotage s’est également penché sur la ques-

tion de l’accès et de la formation aux nouvelles technolo-

gies dans le champ de l’alphabétisation. Ces questions sont

essentielles pour développer une optique citoyenne dans le

contexte de la société de la connaissance où l’outil informa-

tique est incontournable. Le résultat de cette investigation

menée au cours d’une journée de rencontre est présenté

succinctement en termes d’enjeux et de défis et laisse voir la

qualité de l’imagination pédagogique des intervenant-e-s.

 

Le dernier point évoqué avant les conclusions est le focus

sur quelques initiatives spécifiques, qui montre à quel

point le souci de l’alphabétisation des adultes peut être

relié, de manière ponctuelle ou structurelle, de manière

directe ou indirecte, à la plupart des politiques publiques et

des enjeux associatifs portant sur l’éducation, la formation,

la culture, l’égalité et la citoyenneté.

 

La réalisation de l’état des lieux n’est pas la seule mission du

Comité de pilotage. D’autres questions ont été traitées au

cours de l’année 2006-2007 : principalement en lien avec la

mission de coordination et d’harmonisation des dispositifs

et d’opérationnalisation des mesures. Des propositions

concrètes sont déposées à la Conférence interministérielle.

Le résultat de la mise en œuvre, qui en sera décidée, pourra

être présenté dans le prochain état des lieux qui est, comme

son nom l’indique, l’espace de l’analyse des données, de

présentation des résultats, de questionnements sur les

constats et difficultés, de compte-rendu d’expérimentations

novatrices.

 

La part davantage propositionnelle et prospective des mis-

sions du Comité de pilotage est présentée dans le cadre du

rapport d’activités déposé auprès de la Conférence intermi-

nistérielle.

 

 

LES BESOINS

 

Selon les données de l’enquête socio-économique générale de

2001

 

DISPARITÉS DE SITUATIONS SELON L’ÂGE ET LA RÉGION

 

% des personnes de 18 à 64 ans1, déclarant ne pas avoir

suivi d’enseignement :

3,4% en Région wallonne

5,7% en Région bruxelloise

Soit 100.000 personnes potentiellement concernées par les

actions d’alphabétisation

 

% des adultes d’âge actif, déclarant être diplômés au maxi-

mum du primaire :

9,3% en Région wallonne

9% en Région bruxelloise

Certaines de ces personnes, ne maîtrisant probablement

pas ou plus les compétences correspondant au CEB, sont

potentiellement concernées par les actions d’alphabétisa-

tion

 

Part non négligeable d’adultes diplômés au maximum du

primaire, ont fréquenté l’école pendant une période plus

longue qu’attendu :

- En passant 7 ans ou plus à l’école primaire : situation

plus fréquente pour les personnes de plus de 50 ans

- En suivant une scolarité dans l’enseignement secon-

daire sans jamais obtenir de diplôme à ce niveau : situa-

tion plus fréquente parmi les plus jeunes

 

Parmi les jeunes de 18 à 24 ans déclarant n'avoir qu'un

diplôme du primaire, ± 25% disent avoir passé 5 ou 6

années en secondaire et n'avoir pas décroché de diplôme à

ce niveau.

 

DISPARITÉS DES POSITIONS SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL DES PERSONNES INFRASCOLARISÉES SELON LA RÉGION

 

Personnes n’ayant pas suivi d’enseignement :

- En Région wallonne :

- 34% ont un emploi

- 14% cherchent un emploi

- 52% sont inactives

- En Région bruxelloise :

- 32% ont un emploi

- 16% cherchent un emploi

- 52% sont inactives

 

Personnes ayant uniquement le diplôme de primaire :

- Région wallonne

- 38% ont un emploi

- 13% cherchent un emploi

- 49% sont inactives

- Région bruxelloise

- 43% ont un emploi

- 17% cherchent un emploi

- 40% sont inactives

 

Les taux d’emploi sont globalement légèrement plus élevés

en Région bruxelloise, sans dépasser les 43%

 

Les personnes infrascolarisées sont majoritairement inacti-

Ves

 

 

L’OFFRE D’ALPHABÉTISATION

 

Nombre d’apprenants/stagiaires/élèves2 : pris en charge

en 2005-2006 : 14.739 personnes (enquête de Lire et

Ecrire auprès de 143 organismes)

 

Types d’organismes développant des activités d’alphabéti-

sation :

- associations d’éducation permanente

- organismes d’insertion socioprofessionnelle

- associations d’action ou de cohésion sociale

- écoles de promotion sociale

- opérateurs culturels : bibliothèques, centres culturels…

- structures dépendant de pouvoirs locaux comme les

CPAS ou les services communaux

 

Dans le secteur associatif, Lire et Ecrire assume un rôle de

soutien, de développement et de promotion de l’alphabéti-

sation.

 

Certains organismes mènent exclusivement des formations

destinées aux personnes en difficulté face à la maîtrise de

l’écrit, d’autres développent différents types d’actions en

lien avec l’alphabétisation : formations de formateurs,

actions de sensibilisation, accompagnement social, anima-

tion socio-artistique et socio-culturelle, service de recherche,

service de documentation, publication d’outils pédagogi-

ques, services d’écrivains publics…

 

Certains opérateurs associatifs cumulent plusieurs approches

et types de publics : ils peuvent être cofinancés par différen-

tes administrations. Le financement peut être structurel, mais

également ponctuel. Certains organismes se focalisent sur

des publics précis : personnes incarcérées, femmes…

 

Nombre total de lieux d’implantation recensés : 434 lieux de formation d’Alpha et d’Alpha FLE

 

Répartition par secteur

 

Enseignement de promotion sociale : 67 lieux d’im-

plantation pour 66 écoles (16 à Bruxelles et 40 en

Région wallonne)

Education permanente : 127 lieux d’implantation pour

53 organismes (38 implantations à Bruxelles et 89 en

Wallonie)

Cohésion/action sociale : 155 lieux d’implantations

(92 à Bruxelles et 63 en Wallonie)

Formation professionnelle (ISP) : 91 lieux d’implanta-

tion pour 32 organismes (79 lieux d’implantation pour

23 organismes en Région wallonne et 12 lieux d’im-

plantation pour 9 organismes à Bruxelles)

Bruxelles Formation : 21 lieux d’implantation pour 12

organismes subventionnés

Forem Conseil : 62 lieux d’implantation

 

 

Répartition géographique des lieux de formation d’Alpha

et d’Alpha FLE

- Région de Bruxelles-Capitale : 154 lieux d’implantation

- Province du Brabant wallon : 31 lieux d’implantation

- Province de Liège : 79 lieux d’implantation

- Province de Namur : 53 lieux d’implantation

- Province du Hainaut : 97 lieux d’implantation

- Province de Luxembourg : 20 lieux d’implantation

 

Source : Etat des lieux de l'alphabétisation en Communauté française

Nous vous conseillons de commander le document source. Cet ouvrage "Etat des lieux de l'alphabétisation en Communauté française" est disponible en version papier sur simple demande (GRATUIT) auprès du secrétariat du comité de pilotage, Cellule Alpha, Michèle Minne, 44 boulevard Léopold II à 1080 Bruxelles(michele.minne(at)cfwb.be)  http://www.educperm.cfwb.be